Vous êtes à la page : Mystère et merveilleux
Mystère et merveilleux en-vie de rire !

La nuit encore profonde, un plaid sur mes épaules, je m’émerveille des mystères qui m’entourent. Je me délecte de mon impuissance face à la montée de l’aurore. Mystère, source du merveilleux.
Les  découvertes des neurosciences, aussi belles et magnifiques soient elles, ne doivent jamais nous faire oublier que nous sommes des êtres humains, que nous avons un cœur, que nous sommes capables de nous émouvoir, nous émerveiller, nous surprendre et tomber amoureux. Que restera-t-il de notre humanité s’il n’existe que des réponses ? Qu’en restera-t-il  si pouvoir n’est qu’une affaire de volonté personnelle, si plus rien n’existe en dehors de notre volonté propre, que tout est entre nos mains ? Que restera-t-il de nos questions, de nos  peurs, de nos rencontres ? Que restera-t-il de nous, du Petit Prince, de Jonathan Livingston le goéland, des étoiles, du mystère de la création, de nos yeux d’enfants émerveillés ? Que restera-t-il  quand la quête aura cessé ? Que serons-nous sans tremblements, sans frissons, sans fragilité ? Que sera le monde quand rien ne sera plus poème ? Où seront nos artistes, nos troubadours, passerelles vers l’invisible ? Que seront nous de plus quand nous aurons gagné l’éternité, quand tout sera facile et explicable ? Que serons-nous de moins ?
J’ai peur de la désertification de nos  cœurs et j’aimerais y planter des arbres et des forêts, y faire pousser des champs de mystère au-dessus desquels j’accrocherais des milliers d’étoiles, des milliers de rêves et des milliers de je t’aime.
Puisse la science nous aider à mieux nous aimer, à moins souffrir et non à tout expliquer. Puissions-nous nous sauvegarder d’un monde où le mystère serait devenu obsolète.
Le vent me parle, le chat ronronne à mes côtés, la maison est encore endormie. Je frissonne, je tremble, je me sens fragile. Je suis la feuille, je suis le vent et le roseau.  Je m’émerveille dans ce temps suspendu. Surtout ne pas comprendre. La magie est là sans raison, sans pourquoi.
Je souris .. 

Etre clown c'est aimer le mystère et s'en émerveiller

Les stages ? C'est ici !