Vous êtes à la page : La femme-enfant
La femme-enfant en-vie de rire !

Souviens-toi, Marie, ses rêves, sa vision différente. Marie femme-enfant, perdue (pour les autres) dans ses mondes intérieurs.
 Il fait gris en cet après-midi de printemps. La pluie est au rendez-vous comme chaque jour depuis plusieurs semaines maintenant. Les trottoirs glissants appellent les passants à la prudence. Les ponts ne supportent plus qu’eux-mêmes, quant aux petits chemins ils ne sont que lointains souvenirs. Marie regarde par la fenêtre de son petit appartement situé au dixième étage. Elle se sent bien là-haut. Elle y côtoie les nuages et les vols d’hirondelles, se repose parfois sur les ailes d’un ange, raconte à la lune des histoires improbables et aux étoiles filantes l’impatience des hommes. Elle aime à dire qu’elle habite cette frontière si ténue entre rêve et réalité, entre l’olympe et cette terre qui l’a vue naître. Elle vit entre deux mondes Marie ; elle est une femme-enfant. Mais qu’est-ce qu’être une enfant quand on a plus de trente ans ? Avoir des rêves ? S’émerveiller du simple vacillement d’une petite flamme qui fait de la bougie un volcan miniature ? Aimer les sorcières, les grimoires, les formules magiques, les amours passionnés ? Croire que tout est possible et que trembler est d’une grâce infinie ? Que pleurer n’est pas signe de faiblesse mais source de poésie ? Que le nuage qui passe est bien plus qu’un nuage ? Que la goutte de pluie renferme l’océan ? Que l’enfant qui sourit au vieillard qui se courbe a en lui et la Vie et la mort, toute l’éternité ? Marie, femme-enfant. Marie la décalée, la marginale, la paumée. On lui parle performance, réunion, elle répond « il est l’heure de goûter ». Goûter à l’essentiel et goûter à l’intense, aux parfums du jasmin et au thé à la rose, à la nuit qui paraît au silence qui s'installe, à l’aurore qui viendra la rose qui s’ouvrira.
Le vent frappe aux carreaux, la lune est au zénith. Il n’est pas encore l’heure d’être grand.

 Osez votre différence et osez votre audace ! Les stages, c'est par ici !